Votre but en tant que viticulteur est avant tout de produire du vin de qualité. Or, ce n’est pas toujours possible avec des vieilles vignes plantées sur vos parcelles. L’arrachage de vignes est parfois inévitable. Mais restructurer son vignoble est une opération coûteuse qui demande de la réflexion, du temps et de l’organisation…

Dans quel cas arracher vos vignes ?

Un vigneron ne décide pas d’arracher sa parcelle juste pour le plaisir. Bien qu’un pied de vigne puisse vivre plus de 100 ans, la rotation de vignes devrait avoir lieu tous les 35 ans. Malheureusement, le manque de moyens empêche les viticulteurs de réaliser cette opération onéreuse. Plusieurs cas peuvent justifier d’arracher des vignes :

  • Une mauvaise adaptation à la production souhaitée : clone, cépage, porte-greffe inadapté, tendance de consommation changeante…
  • La parcelle est mal exploitée : en termes de densité de plantation, d’orientation de plantation, d’utilisation des outils, de dangerosité de la pente…
  • Le vigneron fait face à une mortalité importante, des plants atrophiés ou des retards de développement entraînant un faible rendement. Cela peut être expliqué par une maladie comme le black-rot. Les pieds infectés contaminent alors le sol et il est nécessaire d’arracher pour stopper l’infection.

Les précautions à prendre avant l’arrachage des vignes

La première précaution concerne la loi. Il est obligatoire de demander une autorisation auprès de la douane avant d’arracher ou de planter plusieurs plants de vignes sur le service en ligne PARCEL. L’objectif des autorités est de protéger le patrimoine vivant français.

Pour l’arrachage à proprement parler, nous vous conseillons de débarrasser la parcelle de tout le palissage.

Comment procéder à l’arrachage des pieds de vignes ?

Le but de l’arrachage des vignes est d’éliminer le maximum du pied, du tronc jusqu’aux racines. L’arrachage doit être réalisé sur un sol ni trop humide, ni trop sec afin que la terre s’effrite et ne forme pas de blocs solides.

Il s’agit d’une opération lourde, traumatisante pour le sol qui sera retourné à l’aide d’une pelleteuse munie d’un peigne. La profondeur de travail est à déterminer en fonction du type de sol, de sous-sol et de leur nature.

L’Homme est en revanche indispensable pour récupérer tous les déchets végétaux devant être évacués de la parcelle.

L’importance de l’analyse de sol après l’arrachage des vignes

Il est obligatoire de brûler les pieds de vignes arrachés afin de détruire les champignons, les insectes ou les virus nuisibles.

Par ailleurs, le sol abrite des petits vers, les nématodes qui peuvent être porteurs de virus pour la vigne. Si la racine est maintenue en vie après l’arrachage, le virus peut persister par l’intermédiaire de ces micro-organismes. L’idéal est donc de laisser le sol en jachère pendant au minimum 1 an avant replantation.

L’arrachage est le moment parfait pour récolter des échantillons de sols afin de l’analyser :

  • Physiquement : granulométrie, calcul de la réserve en eau utile…
  • Chimiquement : taux de matière organique, C/N, pH, C.E.C, principaux éléments présents (azote, phosphore, potassium, calcaire, magnésium, cations…),
  • Biologiquement : niveau de la biomasse, diversité, suivi des populations nématodes porteurs de virus…

Nous pouvons vous aider à interpréter les analyses de votre sol afin de choisir les meilleures solutions pour votre future plantation.